fbpx
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Beach Wrestling on Mourillon

239 lutteurs de toute la France se sont rassemblés pour la deuxième édition du Beach Wrestling, championnat de lutte sur sable au Mourillon. Dans un cadre idyllique, jeunes comme seniors ont rythmé le week-end par des combats de lutte les 8 et 9 juin derniers.

De la Côte d’Azur à Paris, les lutteurs concouraient pour une place sur le podium dans le cadre des Championnats de France de Beach Wrestling au Mourillon.

“ J’ai fait trois combats ce matin, je suis d’attaque pour la finale “ déclare le vice-champion européen Sargsyan HaÏk. Vainqueur de sa finale en 90 kg, le lutteur aux origines arméniennes se livre : “ dans ma culture, la lutte est un sport populaire connu de tous, je suis allé chercher l’or dans cette finale face à un très bel adversaire “ dévoile le combattant. “ Je sors d’un combat européen et je rêve de décrocher une place pour les prochains Jeux Olympiques dans 4 ans “ conclut cet athlète. 

Chez les 60 Kg, le lutteur seynois YACOUBi Kali décroche le bronze et rend hommage à son club local : “ C’est une victoire de plus pour moi et une fierté de représenter mon club sur le territoire français “ reprend le U17 masculin.

Les catégories seniors masculines restent les plus représentées du tournoi, mais chez les féminines, les combats sont rudes et tout aussi féroces. La lutteuse seynoise en est bien la preuve : “ dans ma catégorie, j’ai pu décrocher l’argent, c’est une récompense de plusieurs semaines voir mois d’efforts “ reprend la U20 Lloret Feffa en 70 Kg. L’athlète varoise se confie sur sa préparation et ses liens avec ce sport de combat : “ j’attends le contact, chez nous, la lutte est une histoire de famille, mes frères m’ont initié et depuis, j’ai pris goût aux combats “. 

Les prochains enjeux pour les athlètes sont les Championnats d’Europe fin Juin à Saint-Laurent-du-Var et les Beach Wrestling en septembre.

Des féminines aux masculins, la lutte sur sable a réchauffé la plage du Mourillon quelques jours avant l’arrivée estivale. 

Organisation et passion

L’Olympique Lutte Seynois figure sur la première marche du podium au classement avec 53 prix pour les athlètes varois. Une fierté de plus pour cette enseigne organisatrice à l’image de Morad Yacoub, président du club varois : “ On est venu en 2006 en terre seynoise pour développer la lutte et lier cette action sociale et sportive “ reprend cet ancien lutteur.

‘’ Pour monter un tel tournoi, il faut comme souvent que bénévoles et salariés développent un projet et le consolident dans le temps : Les lutteurs viennent de la France entière, avec le club et l’appui de la ville toulonnaise, on a souhaité rééditer cette édition au Mourillon avec cette année l’insertion de catégories jeunes détaille l’un des organisateurs. Nous avons mis en place un terrain central avec plusieurs combats en parallèle, un terrain de chauffe est prévu pour l’échauffement des athlètes “ explique encore ce passionné de lutte. 

“ Les règles sont plus accessibles qu’en lutte traditionnelle, l’athlète avec 3 points remporte son combat et passe au tour suivant jusqu’à la finale “ reprend l’un des officiels de ce tournoi. Avant chaque finale, la Marseillaise retentit dans la plage varoise avant de laisser la place aux combats.

Des combats à tout âge et un esprit de compétition ont marqué cette deuxième édition toulonnaise. Une chose est sûre, “ la transmission et la passion du sport reste l’un des axes majeurs de ce sport “ reprend le Président du Comité départemental Mr Yacoub.

Tobie Piron / VarSports

Passer la balle 

Toujours plus de sport